Wunne mat der Wooltz

wunne-mat-der-wooltz-3D

Le projet d'urbanisation "Wunne mat der Wooltz" envisage une revalorisation et requalification de l'ensemble des friches industrielles situées au coeur de la Ville de Wiltz. En collaboration avec le Fonds du Logement, un nouveau quartier verra le jour sur ces plus de 25 hectares et permettra d'accueillir à moyen terme environ 780 unités de logements, soit 1800 habitants, favorisant une mixité sociale. 

 

Dans le cadre du plan CAP 2030, ce projet devient un projet pilote de l'économie circulaire. A côté d'un concept d'urbanisation global, architectural et durable, le projet prévoit la renaturalisation de la rivière Wiltz, une utilisation réduite de la voiture et la création d'espaces d'interaction sociale en développant un quartier vivant. Ce nouvel espace de vie au coeur de Wiltz intègre également des bâtiments publics installés au coeur de celui-ci à proximité de la gare routière. Il accueillera entre autres une nouvelle école de jour, une maison relais, un musée pédagogique et une école de musique.

Septembre 2018: le projet entre en phase de réalisation

par David Koch, architecte urbaniste de la Commune de Wiltz

 

Début 2017, les deux premiers plans d’aménagement particuliers (PAP) «Geetz» sur le terrain de football, et «Nordhang», sous le cimetière, tous deux destinés à accueillir des logements, ont été introduits dans la procédure légale qui va se terminer dans les prochaines semaines. Ce mois-ci, un autre PAP destiné à permettre la construction des équipements publics (école, maison relais, …)  à l’emplacement de l’ancien terrain de football en synthétique, leur emboîte le pas et entame la procédure légale.

 

Si l’on devait résumer les lignes directrices du développement urbain au niveau de l’ambiance recherchée en un seul mot-clé, ce mot serait «Sérénité». À l’heure d’aujourd’hui, où l’on entend tout un chacun réfléchir sur un monde en perpétuelle accélération, où tout va (trop) vite et où le temps du «vivre ensemble» passe  trop souvent à la trappe, il a été jugé bon de planifier des espaces laissant la place au calme.

La planification d’un nouvel espace urbain au sein d’une ville existante est toujours une superposition d’une multitude de thématiques fortement interconnectées. Cet objectif du «vivre sereinement» n’est en­visageable que lorsque l’on travaille en parallèle sur chacune des thématiques. Citons-en quelques-unes: Premièrement, la densité bâtie. Le propre d’une ville est d’accueillir une multitude d’habitants en son sein. Toute urbanisation vise dès lors à envisager la façon dont les citoyens vont cohabiter, et la gestion de la densité est primordiale: trop de monde sur un espace trop restreint va entraîner un manque d’intimité et finir par donner un sentiment d’insécurité, un stress latent. Au contraire une densité trop faible, trop de distance entre voisins, ne donne pas de sentiment d’appartenance à un groupe, à une communauté.

 

La deuxième thématique, qui en découle car forte­ment interconnectée est la sécurité, réelle et ressentie. Dans la plupart des quartiers existants, la cohabitation entre les habitants de tous âges et les voitures crée un cercle vicieux: la présence de voitures pousse beaucoup de parents à craindre pour la sécurité de leurs enfants, et la réaction est de les conduire partout… en voiture justement. Et cela amène des situations assez compliquées, notamment devant les écoles aux heures d’entrée et de sortie des classes. Or la voiture est encore jugée indispensable dans le contexte plutôt rural qu’est celui de Wiltz. Sur base de ce double constat, les différents espaces urbains sur le site «Wunne mat der Wooltz» seront, non pas «auto-frei», mais «auto-arm»: les habitants auront bien l’opportunité de disposer de leur voiture. Simplement, celles-ci ne seront pas stationnées dans ou devant chaque maison, elles seront regroupées dans des garages communs à l’entrée des grands ensembles d’habitations. Dans la partie du PAP Geetz par exemple, le garage sera à maximum 50 mètres des maisons les plus éloignées, ce qui représente moins d’une minute à pied. Cette mise à distance des voitures, qui peut de prime abord apparaître comme un inconvénient alors que nous sommes habitués à les trouver devant la porte, apporte tout un lot d’autres avantages, renvoyant à d’autres thématiques abordées par les planificateurs:

 

  • La quiétude des quartiers, sans autre bruit de trafic que ceux des piétons et vélos.
  • La sécurité bien sûr, qui commence devant chaque maison et immeuble, et s’étend jusque devant la porte d’entrée de la nouvelle école.
  • La qualité de l’air, non pollué.
  • La qualité des relations avec ses voisins, avec qui les contacts sont bien plus faciles lorsque tous sont piétons et se croisent.
  • La prise d’autonomie des enfants est grandement facilitée.

 

Toutes ces thématiques renvoient à la notion de quiétude et sérénité. Cela est également rendu possible grâce à la proximité immédiate de la gare dont l’intermodalité sera décuplée. La thématique du «vivre ensemble» et de la cohabitation se retrouve aussi dans ce concept, puisque les riverains auront l’occasion d’échanger deux mots sur le chemin du parking commun.

 

Cette thématique se retrouve aussi à d’autres niveaux: Au niveau de l’espace public, les rues, places, chemins et espaces verts constituent une succession de lieux de rencontre ayant chacun un caractère propre. Dans certains bâtiments à appartements prévus dans les phases ultérieures, les rencontres et échanges seront rendus possibles principalement au rez-de-chaussée avec une vocation d’espaces de bureaux ou commerces, et surtout dans des lieux ayant vocation de rencontre, tels l’école, le hall sportif et d’escalade, le repair-café. Et ces rencontres sont rendues possibles jusque sur les toits de certains bâtiments collectifs. En effet, les toits qui ne sont pas destinés à recevoir des panneaux solaires, seront tous verdurisés pour des raisons à la fois paysagères, énergétiques, de purification de l’air, et de gestion des eaux de pluie. De ces toits verts, une partie pourra recevoir des jardins partagés, des serres, ou les passionnés de fleurs et de légumes pourront partager leur hobby, ensemble.

 

Une première réalisation à effectuer, en même temps que les premières constructions d’immeubles sur les terrains des PAP Geetz et Nordhang, est la renaturation de la rivière Wiltz. Depuis longtemps canalisée entre deux murs de béton, la rivière historique qui a donné son nom à notre ville va revivre dans un lit réaménagé de manière beaucoup plus naturelle, bien large et planté de verdure, permettant la réalisation de chemins piétons à proximité directe de l’eau. La rivière et la ville, ainsi que ses habitants, vont renouer le contact.